Vodou

 Le terme de « vodou » s’écrit « vodou » au Bénin, « vaudou » en Haïti et « voodoo » en Louisiane ou subsistent quelques adeptes. Des noms différents pour des pratiques différentes qui ont évoluées en fonction du contexte local. Le vodou béninois est ainsi différent du vaudou haïtien ou du voodoo de Louisiane. 

Dans l’aire culturelle Adja-Tado qui regroupe le Togo, le Bénin et une partie du Nigéria, le vodou (terme traduit de manière approximative par : esprit surhumain, force, puissance ou divinité) est un ensemble établi de croyances, de rites, de mythes à la structure particulière, fondé principalement sur des entités ou fétiches appelées vodoun ou vodou qui sont organisées en familles, hiérarchisées en panthéon et dont les hommes essaient de se concilier la puissance ou la bienveillance. 

Le vodou n'est pas uniquement une religion. C'est en même temps une philosophie et un art de vie qui imprègne toute la vie du vodouisant du lever au coucher et dans tous les moments importants de la vie. Le vodou marque profondément la mentalité beninois . Il inspire la culture populaire: la danse, la peinture, les rythmes et les chants populaires, les contes, les rituels de la vie quotidienne liés par exemple aux semailles, à la récolte, à la naissance, à la mort etc

Le vodou est un culte animiste d'origine africaine, associant des pratiques magiques à des éléments du rituel chrétien, qui est répandu dans les communautés noires des Antilles et dans une moindre mesure dans celles du Brésil et des États-Unis. 

le vaudou en Haiti ou le vodou du Bénin :  le culte des esprits est originaire d’Afrique de l’Ouest.Il s’est transplanté dans les Antilles et les Caraïbes lors de la traite négrière Transatlantique. Il est maintenant très en vogue en Haïti. La croyance d’où le vaudou haïtien très riche et très diverse se veut être un pont entre l’esprit et le monde qui nous entoure. La représentation occidentale a une conception erronée de la religion chretienne, le vaudou en Haiti ou vodou en Afrique sont souvent liés à la magie noire. En réalité, le vaudou en Haiti ou vodou du Bénin transmet des valeurs sur le respect de l’environnement, de phytothérapie, de coutumes… Il est maintenant implanté au Brésil, à Cuba mais surtout en Haïti où 7 habitants sur 8 pratiquent les rituels vaudou :  le vaudou en Haiti ou vodou du Bénin. 

Le vodou Lègba ou Agbo-Lègba se retrouve chez les populations Ewé, Adja, Mina, Fon, du Bénin et du Togo et chez les populations yorouba du Bénin et du Nigéria sous le nom d’Elegbara, Eshu-Elegbara, Eshu-Bara ou encore Eshu. Légba est le Dieu de la croisée des chemins, le vodou du désordre de la méchanceté, de l’intelligence et de la ruse. 

23fev 13 bouche du roi 33

D’après la légende, Lègba ou Elegba est le dernier fils de Mawu. Mawu est l'appellation de la divinité créatrice dans la religion vodou chez les peuples éwé et mina du Togo et du Bénin en Afrique de l'Ouest signifie ce que l'on ne peut pas dépasser. Ce même mot est celui utilisé par les chrétiens pour désigner Dieu, c'est-à-dire dans la Bible et la liturgie chrétienne.Mawu, l’être suprême, convoqua les vodou pour les envoyer sur terre. Lègba se présenta alors, le premier, sans prendre le temps ni la politesse d’apporter un présent, vêtu d’une simple plume sur la tête. Aussi Mawu fâchée le renvoya. Dépité, Lègba descendit sur terre, sans instructions, sans but véritable. Il erra dans des lieux inconnus, ne sachant que faire. Comme il connaissait les langues des deux mondes, celui des divinités et celui des humains, il mit à profit cette errance, en devenant leur messager.
D’autres mythes indiquent que Lègba pourrait être, non pas le dernier-né, le « favori» de Mawu, mais au
contraire, son premier-né, un enfant malformé qui aurait précédé longtemps auparavant, le cycle des enfants normaux. Quoi qu’il soit, sa venue est toujours placée sous le signe de la ruse, de la rapidité d’esprit, de l’intelligence, du désordre. Il se présente toujours le premier, volant ou essayant de voler la place des autres

Image représentant Mawu:

Mawu1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ajouter un commentaire

 
×